Autotests en pharmacie : les professionnels de santé indispensables pour une stratégie de dépistage efficace 

Le sondage de l’USPO sur les autotests en officine, réalisé entre le 30 avril et le 5 mai sur 2 601 pharmaciens, nous permet de tirer trois enseignements.

  • Disponibilité des autotests dans les pharmacies

96,3% des pharmaciens ayant répondu au sondage ont référencé des autotests.

  • Rôle essentiel des pharmaciens pour une stratégie de dépistage efficace

Les pharmaciens sont régulièrement confrontés à des demandes d’autotests pour une utilisation non conforme (55%), pour un cas contact ou une personne symptomatique par exemple. Dans ce cadre, 92% des pharmaciens ont refusé de dispenser l’autotest et ont orienté la personne vers un test antigénique nasopharyngé ou un test RT-PCR.

Ce sondage confirme ainsi le professionnalisme des pharmaciens d’officine mais également la complémentarité de la stratégie de dépistage, avec, d’une part, les autotests s’ils sont utilisés correctement, et d’autre part, les tests antigéniques nasopharyngés ou RT-PCR plus fiables permettant d’assurer une traçabilité efficace de l’épidémie.

  • Peu de demandes pour les autotests pris en charge

69% des pharmaciens déclarent avoir dispensé des autotests pris en charge par l’assurance maladie et 92% à tous les autres patients. Les personnes concernées par ce dispositif ne semblent pas y avoir eu recours massivement.

L’USPO a transmis ces résultats au ministère de la santé et lui a demandé de renforcer la communication sur les conditions d’utilisation des autotests, et notamment la population éligible, et de communiquer à nouveau auprès des salariés intervenant auprès des personnes âgées et handicapées. Merci à tous pour votre participation.

Publication :6 mai 2021 | Catégorie(s) :